Goitre Définition Causes Symptômes Traitement Naturel Goitre
Divers

299-Goitre Définition Causes Symptômes Traitement Naturel Goitre

Qu’est-ce qu’un goitre ? Traitement Naturel Goitre avec les plantes médicinales

Le goitre simple est une hypertrophie non cancéreuse de la thyroïde qui n’implique pas de surproduction ou de sous-production d’hormones thyroïdiennes. Cette augmentation est due à une carence en iode dans l’alimentation ou à l’ingestion de certaines substances ou de certains médicaments. Nous avons un Traitement Naturel Goitre avec les plantes médicinales

Prévalence du Goitre

Le goitre est un trouble très fréquent dans la population puisqu’il concerne près de 800 millions d’individus à travers le monde. Il est souvent d’origine familiale et sa fréquence augmente avec l’âge. Les femmes sont plus concernées que leurs homologues masculins. À savoir ! Certaines régions sont connues pour être particulièrement touchés par cette affection en lien avec un déficit en iode :  le massif central ou le centre de la Bretagne en France.

L’affection se manifeste par un gonflement de la région antérieure du cou. Elle peut être homogène ou hétérogène, autrement dit caractérisée par une grosseur uniforme ou à l’inverse des grosseurs irrégulières dans diverses zones cervicales.

Prière de nous joindre pour votre Traitement Naturel Goitre avec les plantes médicinales

Comment reconnaître un début de goitre ?

  1. impression d’étouffer ou d’avoir un corps étranger coincé dans la gorge ;
  2. difficultés à avaler (dysphagie) ;
  3. troubles respiratoires (dyspnée) ;
  4. apparition d’une toux ;
  5. gonflement des vaisseaux du cou ;
  6. parfois des démangeaisons internes au niveau de la gorge
  7. apparition d’une voix rauque.
  8. perte de poids sans cause

Différents Types de Goitre

On distingue différents types de goitres :

  • Simples, qui se traduisent par une dilatation isolée de la glande thyroïde, sans autres troubles ;
  • Tumoraux, lorsque la grosseur révèle une tumeur bénigne ou maligne ;
  • Survenant suite à certaines pathologies inflammatoires, par exemple la thyroïdite. Ils se manifestent par plusieurs types d’inflammation au niveau de la thyroïde ;
  • Vasculaires, qui surviennent au cours de la maladie de Basedow associés à une hyperthyroïdie

Plusieurs pathologies peuvent être à l’origine d’un goitre. Un déficit en iode, qui est l’élément essentiel à la production des hormones thyroïdiennes, peut être à l’origine d’un goitre par carence iodée. La synthèse des hormones thyroïdiennes peut aussi être perturbée à cause d’un déficit enzymatique congénital. Certaines maladies thyroïdiennes sont aussi responsables de goitres : la maladie de Basedow, les thyroïdites dont la thyroïdite de Hashimoto. Le goitre symptômes et causes

Quels sont les symptômes du goitre?

En plus du gonflement perceptible et visible à l’œil nu de la glande thyroïde, le goitre s’accompagne des symptômes suivants (en tout ou en partie), qui sont causés par une sécrétion accrue ou minimisée des hormones thyroïdiennes :

  • Perte de poids
  • Tremblement
  • Accélération du rythme cardiaque
  • Difficulté à avaler les aliments
  • Difficulté à exprimer certains sons, modification de la voix
  • Gêne respiratoire
  • Constipation
  • Peau du cou épaissie
  • Frilosité. Le goitre symptômes et causes

Quel est la différence entre thyroïde et goitre ?

Le goitre est une augmentation de volume de la glande thyroïde, glande située à la base du cou et constituée de deux lobes reliés entre eux par un isthme. A l’état normal, la thyroïde pèse de 20 à 30 grammes. La thyroïde fabrique les hormones thyroïdiennes, indispensables au bon fonctionnement de l’organisme

Quelles sont les causes du goitre ?

Les causes de goitre sont nombreuses, différentes selon qu’il est homogène ou hétérogène, avec ou sans anomalie du fonctionnement thyroïdien. Les causes du goitre peuvent être :

  • Nutritionnelles : son développement peut être favorisé par une carence en iode ;
  • Génétiques : un antécédent familial de trouble thyroïdien augmente la possibilité de développer un goitre ;
  • Un dérèglement hormonal : lors d’une grossesse, la taille de la glande thyroïde peut augmenter ;
  • Le tabac : un facteur favorisant l’apparition d’un goitre. Car il entre en compétition avec l’iode
  • l’exposition aux radiations, l’irradiation cervicale dans l’enfance ou l’exposition environnementale

Source

Comment faire disparaître le Goitre naturellement ?

Trois plantes pour réguler la thyroïde: fucus, avoine, lycope

Comment Traiter naturellement une hypothyroïdie?

On parle d’hypothyroïdie quand la glande thyroïde ne produit plus assez d’hormones. L’hypothyroïdie se manifeste par: chute de cheveux, constipation, prise de poids, frilosité et fatigue. Un manque d’iode produit aussi les mêmes effets. C’est en effet à partir de l’iode que la glande fabrique les hormones thyroïdiennes, désignées T3 et T4 sur votre feuille d’analyses médicales.

Le fucus apporte de l’iode

Cette algue brune contient des polyphénols, des mucilages, des protéines et des minéraux, dont l’iode (concentrée à 1 pour 1 000), carburant des hormones thyroïdiennes. Sans iode, pas d’hormones

Quand ? On se base sur ce que l’on sait de son alimentation, iodée (sel, fruits de mer…) ou non, et sur des signes éventuels de thyroïde à la peine. Un apport en iode est alors intéressant pour la stimuler.

Comment ? La dose recommandée est de 150 μg d’iode par jour, soit 150 mg de fucus, pendant trois semaines. « On peut doser l’iode des urines de 24 heures pour s’assurer qu’avant supplémentation par le fucus, les apports ne sont pas trop élevés », indique le Dr Morel. Autre contre-indication, une hyperthyroïdie bien sûr, ou ses symptômes discrets (tachycardie, émotivité, nervosité…). C’est pourquoi il est nécessaire, avant de commencer un traitement, d’identifier le problème avec l’aide de son médecin.

L’avoine soutient la thyroïde

Dans la tige et les feuilles d’avoine, cueillies avant la floraison, on trouve des oligoéléments, fer, manganèse et zinc, des polyphénols et un alcaloïde, la gramine. Celle-ci présente des analogies chimiques avec deux neuromédiateurs, la dopamine et la sérotonine, qui interfèrent avec le fonctionnement – via l’hypophyse – de la thyroïde. C’est probablement grâce à la gramine que l’avoine stimule la thyroïde. Son action se traduit d’ailleurs par un réchauffement, ressenti après l’avoir consommée.

Quand ? « On la conseille en cas d’hypothyroïdie fonctionnelle qui ne justifie pas un traitement classique : frilosité et TSH juste à la limite haute, en l’absence de maladie auto-immune », dit le Dr Morel. La thyroïde fonctionne sûrement mais doucement, indépendamment des apports en iode. Une bonne plante également lorsqu’à la ménopause, on se sent tourner au ralenti.

Comment ? « Je propose 50 gouttes de teinture mère d’avoine dans un verre d’eau le matin, dit le médecin, avec 1 c. à c. de macérât glycériné de bourgeon de cassis pour activer la glande surrénale, et ce, pour quelques mois

A lire aussi : Hypothyroïdie : 4 solutions naturelles pour réguler sa thyroïde

Traiter naturellement une hyperthyroïdie

On parle d’hyperthyroïdie quand la glande thyroïde  produit trop d’hormones. Une thyroïde qui s’emballe largue des hormones en excès. Cet afflux se traduit par des signes d’hyperthyroïdie : des palpitations cardiaques, une perte de poids alors que l’appétit est conservé, une irritabilité, des insomnies, de la diarrhée, une fatigue, une intolérance à la chaleur.

Le lycope évite la surchauffe

Cette plante herbacée vivace, appelée “pied de loup”, bloque la production d’hormone thyroïdienne T4. « Un petit bijou de la pharmacopée des teintures mères, hélas souvent en rupture de stock en France », regrette le Dr Morel.

Quand ? En cas d’énervement, de palpitations, de bouffées de chaleur, de sensation d’oppression au niveau du cou, de petite exophtalmie, mains moites… « Le lycope peut même traiter les hyperthyroïdies qui relèvent d’un traitement médical quand ce dernier est mal toléré ; un suivi est alors nécessaire. »

Comment ? 15 à 25 gouttes de teinture mère matin et soir pour commencer, dose à ajuster en fonction de l’évolution des symptômes, possiblement sur de longues périodes, plusieurs mois lors d’une période de stress ou à la ménopause.

X